Bel-Ami 

Spectacle actuellement en préparation

RÉSUMÉ DU SPECTACLE

Paris, années 1880. 

Un Parisien en chapeau haut-de-forme s'apprête à nous raconter l'histoire de Georges Duroy, ou plutôt "Bel-Ami" pour les intimes... 

Ancien sous-officier sans argent, Georges Duroy débarque à Paris pour y faire fortune. Il y rencontre par hasard son ancien camarade hussard, Charles Forestier, qui lui ouvre les portes du journal de La Vie Française, dirigé par le patron M. Walter.

Alors que le monde du journalisme est encore inconnu pour Georges Duroy, la femme de son rédacteur en chef, Madeleine Forestier, aidera le jeune débutant dans ses premiers articles. Derrière ces lignes se cache en vérité un homme redoutable et sans scrupules.

Assoiffé d'argent et de réussite, il fera ses premiers pas dans cette société riche en manigances, tromperies et apparences. 

Convié et sollicité à toutes les soirées mondaines, le charisme de Georges Duroy s’attire les foudres des hommes et séduit la gente féminine.

Il enchaînera les conquêtes et s'en servira pour mener à bien son ascension sociale. Elles sont toutes folles de lui : sa maîtresse fidèle Clothilde de Marelle et sa fille Laurine, la femme de son rédacteur en chef Madeleine Forestier, la femme de son patron Mme Walter, sa fille Suzanne...

Elles lui attribueront toutes le surnom de "Bel-Ami" et lui permettront de s'élever au-dessus de sa condition. 

C'est ainsi que le Bel-Ami de Maupassant s'est fait une place dans la Littérature Française et est devenu l'une des plus grandes figures d'arriviste. 

NOTE D'INTENTION 

par Claudie Russo-Pelosi, metteuse en scène

"J’éprouve une certaine ambiguïté sentimentale pour ce héros...

À la fois de l'admiration, une compassion pour ce personnage qui se bat pour ses rêves et objectifs à atteindre, mais aussi un grand mépris envers celui-ci, capable de commettre des actes ignobles : déchiré par son envie sincère et mordante de bien réussir, prêt à tout - même au pire - , c’est un personnage que l'on adore détester. Attachant et chargé d’affectivité, ce surnom "Bel-Ami", renforce encore son charisme. 

 

Après L’Écume des Jours, Bel-Ami a longuement été un sujet qui trottait dans ma tête, une histoire que je souhaitais raconter mais aussi mettre en scène. Se dessinaient alors des tableaux dans lesquels mon héros marchait dans les rues de Paris, en complet noir et chapeau haut-de-forme, dans une société que son époque lui impose, entre la misère qui le frappait et un monde prestigieux qu’il souhaite atteindre, conquérir et posséder.

Se dessinaient ensuite d’autres personnages en costumes d’époque. Je me prends à partager cette histoire racontée par Maupassant, en adaptant le roman de l'écrivain en spectacle musical. 

Sans oublier les éléments clés de la mise en scène que nous retrouvons déjà dans le spectacle précédent : un narrateur - qui n’est, cette fois-ci, non pas l’écrivain de l’histoire mais un Parisien de l’époque - ainsi qu’un échantillon de personnages dévoilant une panoplie de caractères, de couleurs, de contrastes et, enfin, une structure musicale dynamique afin de rythmer au mieux le spectacle.

Dans cette adaptation où il a été particulièrement difficile de choisir les chapitres les plus pertinents de ce roman de trois cents pages, je souhaitais, non seulement présenter au mieux le parcours de Bel-Ami, mais aussi délivrer les messages que Maupassant nous a laissés : l’amour et la mort - sujets inévitables chez le jeune écrivain - mais aussi l’arrivisme, l’argent, la place de la femme dans la société, la réussite, le journalisme, la presse, la politique, les affaires et scandales de l’époque...

 

Dans cette société corrompue mais aussi conservatrice, certaines figures féminines du roman se montrent indépendantes et révolutionnaires dans leur façon d'agir et de penser. Y refléter leurs intelligence et indépendance - encore trop méprisées à l'époque - demeure l'un de mes objectifs. 

Au-delà de l’art des manigances et de la manipulation dans lequel on enferme le plus souvent Bel-Ami, j’y entrevois aussi un tout autre message, plus lumineux : ne jamais renoncer car tout peut arriver. Ne jamais abandonner ses rêves et y croire : ce sont ces piliers qui forgent l’esprit de Bel-Ami, prêt à tout pour vivre cette vie qu'il a toujours désirée, même si les voies empruntées par ce héros ne s'avèrent pas les meilleures. 

Une ambition peut nous porter, nous façonner et nous élever au-dessus de notre condition, pour autant que notre soif de réussite soit placée au même niveau que celui de nos rêves. C'est un sujet actuel, que chacun d’entre nous peut expérimenter, toutes générations confondues :

que désire-t-on le plus et quels moyens se donne-t-on pour y arriver ?

Encore aujourd’hui, certains sont prêts à tout pour réussir professionnellement : que ce soit en réalisant un partenariat, que ce soit en renonçant à sa vie de famille, à ses amours, à son rythme de vie, voire parfois en manigançant affaires et tromperies.
À cette époque-là, des hommes à l’allure de Bel-Ami déambulaient déjà dans les rues de Paris, et je ne doute pas que l’on en rencontre aujourd’hui encore, prêts à tout pour réussir, en adoptant des moyens plus ou moins bienveillants...

Bel-Ami ne cesse d’exister depuis que Maupassant l’a esquissé en 1885. Ce qui le rend encore plus vivant."

 

Claudie Russo-Pelosi 

TEASER DU SPECTACLE 

Bientôt disponible 

CAPTATION, DOSSIER PRESSE, DOSSIER PÉDAGOGIQUE, FICHE TECHNIQUE...

Bientôt disponible et sur demande : lesjouesrouges.cie@gmail.com